samedi 21 janvier 2017

Compliqué n'est pas difficile : quelle est la différence ?

La dernière fois, on a traité (dans cet article) la différence entre les mots compliqué et complexe, à la fois si semblables et si différents.

Aujourd'hui, on va se pencher sur le couple difficile-compliqué, deux termes dont la nuance de sens n'est pas du tout à sous-estimer mais qui semble être de plus en plus en voie de disparition à cause de leur emploi inapproprié.



Définition :

Selon le dictionnaire, difficile veut dire :
qui n'est pas facile, qui se fait avec effort ou peine, qui exige une certaine habileté.
Mais aussi :
dont l'accomplissement présente des obstacles, qui nécessite des efforts ou une attention soutenue, qui implique des risques.

Quant à compliqué, comme on l'avait déjà vu dans cet article, :
qui se compose d'un grand nombre d'éléments simples, de facteurs, mais embrouillés, diversifiés. Qui exige donc des moyens longs, minutieux. Par conséquent, difficile à saisir, à comprendre.
Antonyme de clair.

On dira donc qu'un projet, une formule ou un plan sont compliqués parce que difficiles à comprendre entièrement, tandis qu'une route, un saut ou des circonstances sont difficiles, parce qu'ils exigent de l'attention, des efforts, etc.



Un phénomène régressif :

Aujourd'hui, on dénote un glissement de sens : la distinction entre les deux semble s'estomper et le mot compliqué prend de plus en plus la valeur et la place de difficile. Dans les médias, on n'entend plus l'emploi de ce dernier et tout ce qui autrefois était difficile est désormais devenu compliqué. Pourquoi ?

Selon certains, il s'agirait d'une volonté d'exagération. Or, difficile est trop "banal", trop "simple" et trop employé pour attirer l'attention et pour faire du bruit dans le monde journalistique et des orations publiques. On a préféré le remplacer avec compliqué, même si cela voulait dire l'estropier et l'altérer.

Cela me rappelle un peu Don Abbondio du roman historique Les Fiancés écrit par Alessandro Manzoni. Il était le curé d'un petit village qui se pavanait devant les paysans en prononçant quelques mots en latin, une langue qu'il ne connaissait pas vraiment.

Ou encore Ben, dans le film Captain Fantastic (2016), joué par l'acteur Viggo Mortensen, qui reproche une de ses filles d'avoir décrit un livre comme intéressant et l'encourage plutôt à en donner une analyse, car intéressant n'est qu'un "nonword", un mot qui veut dire tout et ne veut rien dire à la fois.

Au lieu d'utiliser injustement compliqué, il faudrait alors commencer à se servir d'autres adjectifs, selon le cas, comme délicat, confus, embarrassant, grave, etc., et donner plus de couleur à nos paroles.

Finalement, il est intéressant de souligner qu'on retrouve cette tendance à préférer compliqué aussi dans d'autres langues, par exemple dans l'italien, avec les mots difficile et complicato.

Il serait intéressant aussi de traiter la différence entre facile et simple

Conseils de lecture :
 Si vous voulez en savoir plus, voici quelques articles à lire :



Voilà. J'espère que cet article vous a plu et que vous avez tout compris. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous. N'oubliez pas de partager et d'aimer la page Facebook du blog pour vous tenir au courant des dernières publications !

Continuez à étudier le français entre quat'z'yeux !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire